La bataille de la Somme
Photos sous le texte

Suivons les coquelicots !!

Lancée le 1er juillet 1916 pour se terminer, sans véritable victoire, dans les boues de novembre, la bataille de la Somme fit plus d'un million de tués, blessés ou disparus aux belligérants. Pour la seule journée du 1er juillet, les armées britanniques ont déploré 20 000 victimes. Ce bout de terre picarde est devenu « le Verdun » de l'Angleterre, de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande, du Canada, de Terre-Neuve, de l'Afrique du Sud, de l'Irlande.

Plus de 90 ans après, les alliés continuent à entretenir ses lieux de mémoire et à venir s'y recueillir. Aujourd'hui, la sérénité les lieux contraste avec les horreurs du passé : c'est très émouvant !!

Le saviez vous ? Au côté d'Apollinaire, ce sont battus les auteurs du « Seigneur des anneaux » et « Le monde de Narnia ».

Fantassin

Marchantes mottes de terre

Vous êtes la puissance

Du sol qui vous a faits

Et c'est ce sol qui va

Lorsque vous avancez

Un officier passe au galop

Comme un ange bleu dans la pluie grise

Un blessé chemine en fumant une pipe

La lièvre détale et voici un ruisseau que j'aime

Et cette jeune femme nous salue charretiers

La Victoire se tient après nos jugulaires

Et calcule pour nos canons les mesures angulaires

Nos salves nos rafales sont ses cris de joie

Ses fleurs sont nos obus aux gerbes merveilleuses

Sa pensée se recueille aux tranchées glorieuses

 

2 ème Canonnier conducteur

Apollinaire

 

Nous avons commencé notre périple à Péronne où le château médiéval abrite le l'historial de la grande guerre ( http://www.historial.org ). A partir d'une collection d'objets et de documents, il met en scène la vie quotidienne des soldats et des civils.

Etape suivante : Rancourt.

En passant à Bouchavesnes-Bergen, nous apercevons le Monument au vainqueur de la Somme, le Maréchal Foch, en bronze debout sur une stèle.

A Rancourt, nous faisons une halte à la chapelle du Souvenir Français. A côte, le cimetière de Rancourt est la plus grande nécropole française de la Somme (8 566 soldats 28 000 m2).

Nous poursuivons jusqu'à Longueval, où se trouve le mémorial national sud-africain au bois Delville.

Puis nous allons à Thiepval, où nous visitons le centre d'interprétation du Mémorial franco-britannique http://www.thiepval.org.uk dédiés aux 73 367 britanniques tombés sans tombes connues. Il offre un grand espace d'exposition pédagogique qui fournit les clés nécessaires à la compréhension des batailles de la Somme.

Non loin de là, rue la route qui conduit à Beaumont Hamel, la Tour d'Ulster, érigée en 1921 est la réplique exacte d'une tour située près de Belfast sur le terrain d'entraînement de la 36e division. Monument Irlandais pour la Bataille de la Somme, elle est aussi le mémorial à tous les soldats de l'Ulster morts pendant la Grande Guerre. A Beaumont Hamel, le Mémorial terre-neuvien est un parc qui s'étend sur 16 hectares , où les tranchées ont été préservées. Du sommet de la butte de Caribou, couronnée d'un Caribou en bronze, insigne du Royal Newfoundland Regiment, nous avons une vue d'ensemble de tout le champ de bataille, ce qui permet de comprendre le système des tranchées. Avant de rejoindre Albert, nous allons à la Boisselle observer un cratère de mine de 100 mètres de diamètre et 30 mètres de profondeur « Lochnagar Crater ». Le 1 er juillet 1916, quelques minutes avant l'assaut de l'infanterie, plusieurs explosions destinées à rompre la première ligne allemande creusèrent de profonds cratères, identiques à celui de la Boisselle. Albert est une très jolie ville où les souvenirs de la première guerre mondiale restent présents. Berceau de la machine-outil depuis un siècle sa devise est 'vis mea ferrum' (ma force est dans le fer). A côté de la basilique Notre Dame de Brebières surmontée d'une vierge dorée, se trouve l'entrée du musée des abris de la guerre de 1914-1918 aussi insolite qu'original, retraçant la vie des soldats dans les tranchées. http://www.musee-somme-1916.eu Au cours de la visite, nous empruntons des tunnels qui nous amènent dans un parc à quelques centaines de mètres de l'entrée.

Le lendemain, nous nous dirigeons vers Froissy mais le petit train de la Haute Somme est fermé. Sur la route, nous nous arrêtons dans un des rares cimetières allemands où les tombes des soldats juifs côtoient les tombes des autres allemands (même pas 30 ans avant le génocide). Non loin de là, dans un petit village, pour rendre hommage à la bravoure des soldats français, un monument aux morts de dimensions exceptionnelles est constitué d'un véritable arc de triomphe sous lequel est érigée la statue d'un grand poilu le fusil à la main et l'air déterminé. En roulant vers Amiens, à Villers-Bretonneux, nous apercevons l'imposant Mémorial australien de pierre blanche, entouré d'un cimetière.

Nous terminons notre week-end à Amiens. Véritable prouesse technique, la cathédrale Notre-Dame d'Amiens est l'un des plus beaux fleurons de l'architecture gothique classique. Avec ses 145m de longueur, une hauteur de flèche de 112m et sous voûte de 42m, un volume intérieur de 200 000 m3 , c'est un des plus hauts et des plus vastes édifices jamais élevés. Elle pourrait contenir 2 fois Notre-Dame de Paris. Notre dernière visite est consacrée à la maison à la tour habitée par Jules Verne de 1882 à 1900. Sur quatre niveaux, elle évoque au travers de plus de 700 objets de la collection d'Amiens Métropole, la personnalité, les sources d'inspiration et les souvenirs de Jules Verne. Du jardin d'hiver au grenier, nous nous laissons guider par les héros verniens : Michel Strogoff, Phileas Fogg, César Cascabel, Mathias Sandorf, le Capitaine Némo et tant d'autres. Dans ce lieu surgi de notre passé, nous faisons un voyage extraordinaire tourné vers le futur.

Bernadette Mars 2007

 

 

Peronne - Chateau
Rancourt
Thiepval
Beaumont-Hamel
Tranchées
Lochnagar Crater
Albert-Basilique
Cimetière Allemand
Arc de Triomphe
Amiens - Cathédrale
Amiens - maison de Jules Vernes

 

Retour à la page d'accueil

haut