Bruxelles

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Bruxelles , capitale de l'Europe (au même titre que Luxembourg et Strasbourg ;-), du royaume de Belgique et de la Flandre.

 

Bruxelles a été bâtie sur les bords de la Senne en 979 par Charles de France. Avec ses excellents artisans, Bruxelles devient une place de commerce qui démontre sa puissance par la construction d'édifices importants comme en 1225 la cathédrale Saint Michel et Sainte Gudule (à l'intérieur les statues de ces saints sont en plâtre doré et la chaire baroque est très ouvragée). Au 14 ème siècle, de la guerre de cent ans, des remparts sont construits autour de ce qui correspond aujourd'hui à la ville basse (il ne reste aujourd'hui que la porte de Hal). Dans les années 1430, Bruxelles, capitale bourguignonne, devient un centre culturel célèbre pour son architecture grandiose comme le magnifique hôtel de ville qui, encore aujourd'hui, orne la Grand-Place. Au 16 ème siècle, Bruxelles fut soumise à la Réforme protestante, puis successivement à la domination espagnole puis française. En 1619, le Manneken-Pis est mis en place. Plusieurs légendes sont racontées sur ce petit garçon. Une d'elle prétend qu'au 12 ème siècle on aurait surpris le fils d'un duc entrain d'uriner contre un arbre en pleine bataille. Il symboliserait ainsi le courage du pays au combat. Suite au bombardement de la grand place par les français (heureusement l'hôtel de ville a été préservé), celle-ci est reconstruite dans les styles agréés par le conseil de ville, ce qui donne l'unité harmonieuse des bâtiments Renaissance flamande d'aujourd'hui : la maison du roi (aujourd'hui musée de la ville qui retrace son histoire et expose environ 400 costumes du Manneken-pis), la maison des ducs de Brabant , la maison des boulangers, celle des bateliers , le pigeon. Bruxelles connaît ensuite la domination autrichienne jusqu'à ce qu'influencés par la révolution française, les belges luttent pour leur indépendance face à plusieurs puissances étrangères (françaises puis hollandaises). En 1790 naissent les états belges unis puis le 21 juillet 1831 le traité de Londres garantit l'indépendance de la Belgique. Bruxelles devint capitale de Belgique. Cela profita bien évidemment à l'essor de la ville qui fut embellie par Léopold I, premier roi du pays. En 1847, il inaugure les magnifiques arcades Saint Hubert , première galerie commerçante d'Europe. Bruxelles devint alors une terre d'accueil pour les politiciens et artistes français opposés au gouvernement de Napoléon III tels que Victor Hugo dont le pigeon sur la grand place a été sa première résidence d'exil. La rivière Senne est recouverte. De nouveaux quartiers sont construits pour gérer la croissance de la ville. A la pointe de L'Europe, le Bruxelles moderne est une cité multilingue et cosmopolite.

Autour de la grand place, les rues ont gardé leur nom médiéval comme la rue des bouchers. Aujourd'hui ces rues piétonnes bordées de restaurants à touristes constituent le « ventre de Bruxelles ». Nos amis belges nous en ont recommandé un seul « Aux armes de Bruxelles » http://www.armebrux.be/  . Jacques Brel était un habitué. A ne pas manquer : les croquettes de crevettes. Sur la grand place, nos amis nous ont aussi indiqué le Roi d'Espagne (que nous n'avons pas testé) et le Kelderke http://www.accueilettraditiongrandplace.be:80/tkld/intro.php

situé dans une cave du XVIIème siècle, pour déguster des spécialités dans une atmosphère chaleureuse à un prix raisonnable. Notre hotel était avenue de la toison d'or, près de la place Louise. Dans ce quartier, nous vous recommandons le Volle Gas http://www.vollegas.be/ (depuis 1849 il régale le quartier d'une cuisine belge traditionnelle dans un cadre très sympathique) et le délire parisien http://www.delireparisien.com/main.asp?lang=fr (très bonne cuisine dégustée dans ambiance romantique art nouveau).

 

L'art nouveau a été introduit à Bruxelles par Victor Horta (sa maison a été transformé en musée). On retrouve ce style à l'intérieur de l'hotel Métropole, place de Brouckère, qui a accueilli Sarah Bernhardt, Marie Curie et Albert Einstein. En nous rendant à cet endroit, nous sommes allés trop loin, au bout de de la neuve d'où nous avons aperçu la basilique nationale du Sacré Cur élevée par Léopold II. Un autre témoignage Art nouveau, l'ancien immeuble Old England près de la place Royale, qui abrite le musée instrumental qui possède plus de 3000 pièces. Nous avons plaisir, casque sur les oreilles à découvrir les sons de superbes instruments à vent et à cordes du moyen age à nos jours, sans oublier ceux d'autres contrées.

 

En fait, c'est l'exposition Rubens « l'atelier du génie » aux musées royaux des beaux arts qui est à l'origine de ce week-end. Nous avions réservé nos entrées pour le samedi matin. Le musée est proche de la place royale où se dresse au centre la statue de Godefroi de Bouillon. Ce personnage m'évoque une charade enfantine :

  • Mon premier est l'habitant d'une ville suisse
  • Mon second est une habitation japonaise
  • Mon troisième n'est pas chaude
  • Mon quatrième est l'eau dans laquelle on fait bouillir de la viande et des légumes
  • Mon tout est le cri de désespoir d'un croisé dans le désert.

Réponse : Genevois-pagode-froide-bouillon soit « Je ne vois pas Godefroi de Bouillon ».

 

Derrière le musée, se cache le superbe palais de Charles de Lorraine , gouverneur de Bruxelles au milieu du 18 ème siècle. Palais que je trouve beaucoup plus beau que le palais royal qui se trouve « place » du palais (c'est d'ailleurs plus un boulevard qu'une place ;-). Place royale , c'est l'église Saint Jacques sur Coudenberg qui se trouve derrière la statue de Godefroi, face une rue qui descend vers la vieille ville et au bas de laquelle nous avons un superbe panorama sur celle-ci.

 

En allant vers la grand place, nous passons par le quartier des « sablons » qui est comme un marche-pied entre la ville haute et la ville basse. Autrefois cette zone était un marais marécageux. Aujourd'hui, la place du grand sablon accueille une brocante tous les dimanches matin où nous n'avons pas manqué d'aller chiner. Non loin de là, la place du petit sablon où se trouve l'église Notre Dame des sablons et un jardin à la française dont les piliers de la clôture sont surmontés de 48 statues de bronze représentant des métiers médiévaux. Au centre du jardin, trône une exubérante fontaine à la mémoire de comtes du 16 ème siècle décapités sur la grand place pour s'être révoltés contre le joug espagnol. Elle est entourée de 12 statues d'hommes célèbre du 15 ème et 16 ème siècle. La nuit tombée, la fontaine ainsi que les statues sont éclairées de couleurs différentes : grandiose !!

 

Avant de terminer notre séjour à Bruxelles, nous nous sommes rendus au parc du cinquantenaire, créé avec son palais en 1880 pour célébrer le jubilé d'or de l'indépendance de la Belgique. Vers la ville, un immense arc de triomphe est couronné par un gigantesque bronze symbolique le Brabant brandissant le drapeau national. Nous souhaitions visiter l'auto world contenant près de 300 voitures et le musée de l'armée (pour son exposition d'avions ;-) mais nous avons manqué de temps.

 

Vous l'avez compris, il y a beaucoup de choses à découvrir à Bruxelles : l'architecture au gré des rues, de nombreux parcs, beaucoup de musée (sans oublier celui de la bande dessinée pour les fans de Tintin). Il y a aussi de nombreux magasins concentrés dans de grandes rues pour faire du shopping.

 

Comme nous sommes très gourmands, nous n'avons pas manqué d'acheter des spéculos et du pain d'épices chez Dandoy http://www.biscuiteriedandoy.be/ et des chocolats chez Pierre Marcolini http://www.marcolini.be/ .

 

Bernadette Janvier 2008

 

 

 

 

 

 

 

Retour à la page d'accueil

haut