voir les photos dans le texte

Puerto Madryn et la péninsule de Valdes

 

Envol (vers 07h10) à destination de TRELEW sur vol Aerolineas Argentinas (lever 4H30 du matin : ça démarre fort). Sur la côte atlantique, au nord de la Patagonie, Trelew fut le point de débarquement des colons gallois qui arrivèrent en Patagonie argentine à la fin du 19ème siècle d'où une architecture particulière. Nous sommes en Patagonie aride (c'est-à-dire que nous allons traverser des étendues où un mouton a 4 ha pour brouter), province du Chubut (nom du petit fleuve qui la traverse).

L'un des principaux centres d'intérêt de Trelew est la Réserve de Punta Tombo. Punta Combo accueille la plus grande concentration continentale de Pingouins de Magellan. Plus de 250 000 couples s'y réunissent chaque saison (un couple ayant 2 enfants par an, nous sommes entourés d'un million de manchots : c'est extraordinaire !! ). C'est en 1979 qu'a été créée cette réserve, dans le but de protéger cette race de pingouins, qui était en voie de disparition. Parmi les manchots, il y a aussi guanaco, apparenté au lama il n'a pas été domestiqué, contrairement à ce dernier. Nous observons également des mouettes et aussi des tatous et des renards.

Calendrier annuel des pingouins de Magellan

  • Fin août : arrivée des premiers mâles reproducteurs
  • Septembre : arrivée des femelles reproductrices. Préparation des nids. Dispute du territoire.
  • Octobre : Ponte des oeufs
  • Novembre : Eclosion des oeufs, les "parents" allant et venant à la mer pour aller chercher l'alimentation.
  • Décembre : les plages sont remplies de jeunes pingouins.
  • Janvier : Eloignement des jeunes pingouins et début des incursions dans la mer. Début du changement de plumage pour les jeunes pingouins.
  • Février : grande concentration de pingouins sur la plage
  • Mars : abandon de Punta Tombo
  • Avril : début de l'immigration des pingouins vers le nord.
  • Mai à juillet : période de vie dans la mer (donc impossible de les voir à Punta Tombo).

Les manchots de Magellan sont de taille moyenne (jusqu'à 76 cm), et de couleur noir et blanc. Ils se nourrissent de poisson, calmar, krill, et autres crustacés. La principale menace de cette espèce est la pollution due au pétrole qui tue plus de 20 000 adultes et 22 000 jeunes chaque année au large des côtes de l'Argentine.

C'est un spectacle vraiment unique : à l'entrée de la réserve : on ne voit rien. Puis, tout d'un coup, on avance dans l'allée : ça sent le poisson. Et là, on regarde les arbustes etůsous chaque arbuste, il y a une nichée de pingouins. Il y a des arbustes à perte de vue et partout des pingouins. C'est magique. En plus, ils sont drôles. La guide nous a expliqué qu'ils avaient la priorité et qu'ils fallaient s'arrêter quand ils voulaient traverser le chemin pour ne pas les stresser. De ce fait, quand un pingouin fait mine de traverser, on s'arrête. Alors, il regarde à gauche et à droite et quand il voit qu'il n'y a pas de danger, il traverse en se dandinant. Les jeunes nés de l'année ont encore leur duvet. Ils sont l'air tout doux. Certains se câlinent. Ils sont trop mignons. C'est très émouvant !!

Patagonie aride Pingouins de Magellan Guanaco Pingouins de Magellan

Notre hôtel est à Puerto Madryn, une des grandes villes de Patagonie. C'est une station balnéaire banale sur l'Océan Atlantique assez animée. On ne se croirait pas qu'à quelques kilomètres seulement il y a la colonie de manchots. Cela contraste avec le paysage désertique qui entoure la ville.

Le lendemain, nous partons en excursion dans la péninsule de Valdes.

La péninsule de Valdès, flanquée par ses deux golfes, est le lieu de rencontre de la baleine franche australe qui, profitant des courants chauds, s'y rend tous les ans en mai et en décembre pour se reproduire. Comme nous sommes en février, nous ne verrons pas de baleines. C'est notre choix. Nous avions déjà vu des baleines au Canada par contre nous n'avions jamais vu de pingouins. Nous ne regrettons rien.

La péninsule offre une extraordinaire concentration de faune : des éléphants et des loups de mer mais aussi des guanacos, des maras (ou lièvres des pampas ) et des nandous (oiseau voisin de l'autruche).

Nous allons d'abord à Punta Norte voir les lions de mer, la plus grande espèce d'otaries. Le mâle a une crinière. Il rugit. Quand il se déplace, on dirait qu'il a 4 pattes. Les mâles sont plus lourds que les femelles, qui pèsent environ 350 kg. Les plus gros mâles peuvent atteindre une tonne. Ils ne sont pas rassurants !!

Nous poursuivons ensuite la piste jusqu'à Caleta Valdes pour voir les éléphants de mer, les plus grands des phoques. Les plus grands mâles peuvent peser près de 4 tonnes et mesurer plus de 6 mètres, mais en général les mâles ont un poids moyen d'environ 2 tonnes et une longueur de 4 mètres, contre 500 kg et 2,70 m en moyenne pour les femelles. Ils rampent pour se déplacer. Ce sont vraiment des gros tas !!

Nous déjeunons ensuite dans l'estancia à Punta Cantor autour du fameux méchoui argentin.

Nous passons une partie de l'après-midi sur la petite plage de Puerto Pyramide encadrée par les rochers.

Pour notre dernière journée en Patagonie aride, nous allons visiter Gaiman, charmante petite ville galloise, fondée en 1884 par les premiers colons d'origine galloise. C'est la municipalité la plus ancienne de la province du Chubut. Avant d'arriver à Gaiman, les bords du Chubut deviennent verts et fleuris et donnent le sentiment d'arriver dans une oasis. Puis, la rue principale, la poussière, les paysages désertiques font qu'on a l'impression d'être au Far West.

De retour à Trelew pour prendre l'avion, nous visitons le Musée Paléontologique. Le Musée Paléontologique Egidio Feruglio conserve les vestiges du patrimoine paléontologique de la Patagonie qui est l'un des plus importants d'Amérique du Sud. Nous découvrons ainsi de salle en salle la faune des aires triasiques, jurassiques et crétacées.

Eléphants de mer Lions de mer Barbecue Gaiman Musée

 

C'est maintenant l'envol pour Ushuaia.

Retour carte argentine

Retour page accueil site heduin.com